Briand bois fait la Une

22/10/2021

Briand prend de l'ampleur

A Verrières-en-Anjou, Briand Construction Bois investit 19 millions d'euros pour moderniser ses ateliers et doper sa production de murs à ossature bois. Une filière en forte croissance.

Article Courrier de l'Ouest 20/10/2021

À la fois écologique, esthétique et résistant, le bois a de beaux jours devant lui en matière d’urbanisme. Ce n’est pas David Crasnier qui dira le contraire. Le dirigeant de Briand Construction Bois, à Verrières-en-Anjou, a vu le chiffre d’affaires de l’entreprise doubler depuis son arrivée en 2015, pour atteindre 25 millions d’euros l’an dernier. Et ce n’est qu’un début. La demande a explosé ces dernières années, mais nous, c’est l’étape d’après qu’on prépare​, avance-t-il, en enfilant sa casquette de chantier et son gilet fluo.

À quelques mètres des bureaux édifiés en 2018 se dresse un nouveau bâtiment de bois (évidemment !) et de tôle. Une forte odeur de peinture fraîche flotte à l’intérieur de ce vaste entrepôt encore vide. Les travaux ont débuté en mai dernier, et ne seront pas terminés avant la fin 2023. Mais déjà, le directeur se projette. Ici, on aura six nouvelles machines pilotées par un seul homme​, pointe-t-il, et là, ce sera notre nouvelle chaufferie biomasse.

À terme, le site historique de l’entreprise doit connaître une transformation complète, et passer de 12 000 m² à 18 000 m² de surface bâtie, pour un investissement total de 19 millions d’euros. Un projet colossal pour la PME angevine. Sa principale activité, la fabrication de poutres en lamellé-collé destinées aux gymnases, centres commerciaux ou plateformes logistiques, sera notamment réorganisée et modernisée.

charpent briand bois

Verrières-en-Anjou, mardi 5 octobre 2021. Le site de production de Briand Construction Bois passera de 12000 à 18 000 m² d’ici 2023. Un premier bâtiment est sorti de terre… doté d’une charpente en bois, bien sûr. | CO – LAURENT COMBET

 

Valoriser les copeaux en granulés de chauffage

Mais c’est bien sur la construction de murs à ossature bois que la société compte accélérer. On veut passer de 10 000 m² à 40 000 m² de murs livrés par an d’ici cinq ans. On sait qu’il y a un énorme potentiel sur ce marché​, estime David Crasnier. Déjà, Briand enregistre de nombreuses commandes de murs pour de nouveaux collèges et lycées. Alors qu’elle représente un quart du chiffre d’affaires aujourd’hui, cette nouvelle activité atteindra 70 % des recettes de l’entreprise en 2025.

Briand va également se lancer dans la fabrication de granulés de bois pour les poêles des particuliers, à partir de ses chutes. Jusqu’à présent, les copeaux partaient chez des industriels, ou comme fond de poulaillers. Demain, on pourra valoriser ce qui est encore considéré comme un déchet​, explique le directeur, évoquant une très grosse production​.

L’entrée en vigueur de la réglementation énergétique RE 2020, très favorable au bois, en janvier 2022, donne au patron une autre raison de se réjouir. Briand est par ailleurs engagée sur deux projets dans la perspective des Jeux Olympiques de Paris 2024, et s’apprête à livrer son cinquième atelier pour Louis Vuitton. Autant de références porteuses de notoriété, et donc de croissance.

 

Une quarantaine d’embauches au programme

Forte d’une centaine de salariés, dont 70 à Verrières-en-Anjou et 30 à Vallet, près de Nantes, Briand Construction Bois doit recruter 40 nouveaux collaborateurs d’ici deux ans pour accompagner son développement. Car, selon David Crasnier, automatiser ne veut pas dire supprimer des emplois​. Au contraire, on aura toujours besoin de charpentiers et d’ingénieurs​, plaide-t-il.

Sur les 19 millions d’euros à débourser, l’entreprise a reçu une subvention de 800 000 € au titre du plan de relance, et 200 000 € de la part d’Angers Loire Métropole. Pour le reste, elle peut compter sur la solidité de sa maison mère, le groupe vendéen Briand (1 200 salariés, 290 millions d’euros de chiffre d’affaires), qui croit en l’avenir du bois… dur comme fer.

 Verrières-en-Anjou, mardi 5 octobre 2021. David Crasnier, directeur général de Briand Construction Bois. | CO – LAURENT COMBET

En savoir plus : stocker pour anticiper les hausses de prix

Malgré les tensions que connaît la filière, Briand Construction Bois n’a pas connu de rupture d’approvisionnement jusqu’ici. Adossée à un groupe de dimension nationale, la PME angevine a continué à se fournir en épicéa auprès de grossistes scandinaves, et, à la marge (5 %), auprès de producteurs de douglas du Massif central. Mais à quel prix ?

Le cours du bois a doublé en six mois. Nous avons globalement dû relever nos prix, et nous ne sommes plus compétitifs sur certains marchés​, constate David Crasnier, le dirigeant. Alors que les charpentes de plateformes logistiques représentaient 50 % de son chiffre d’affaires en 2020, l’entreprise a presque entièrement déserté ce secteur aujourd’hui.

Pour limiter les effets de cette envolée, la société va doubler son stock de bois d’ici 2023, passant d’une capacité de 2 500 m³ à 5 000 m³. Actuellement entreposées dehors, les réserves trouveront une place à l’abri dans l’un des nouveaux bâtiments. Ça nous permettra d’avoir deux mois de stock devant nous, et d’anticiper d’éventuelles difficultés​, pose David Crasnier. On n’est jamais trop prudent.

< Retour aux actualités

Contactez-nous

Votre projet

Commandez
vos poutres
en bois lamellé

En savoir +